Logo - Société parisienne de gestion
Actualités

Synthèse boursière du mois de Décembre 2019

Publié le 18 dec. 2019

Débutant le mois à 5 787 points, le CAC 40 a connu un vrai rallye de fin d’année amplifiant sa progression pour revenir au niveau de l’été 2007 dans des volumes peu significatifs toutefois, et s’établir à 5 978 points en hausse annuelle notable de 26,37 %.

En 2020, les investisseurs devront s’adapter à une croissance mondiale un peu plus robuste qu’en 2019 (estimation du FMI) mais déséquilibrée géographiquement (pays émergents vs industrialisés).

Sachant que de nombreux pays connaissent actuellement un découplage entre une activité manufacturière en contraction conséquence du conflit commercial alors que les secteurs des services résistent témoignant de la solidité de leur demande intérieure, les opérateurs chercheront- ils de nouveau à arbitrer entre les secteurs dits « value » ((banques, industrielles, distribution, opérateurs télécom, etc..) et« croissance »(luxe, technologie, consommation discrétionnaire, etc…) ?

En outre, un certain nombre de facteurs pourraient influer sur l’évolution des marchés financiers et de façon non exhaustive :

-l’attitude des banques centrales quant à la poursuite ou non de leurs politiques monétaires ultra-accommodantes,

-un possible retour de l’inflation dans les « vieilles économies » au travers notamment du renchérissement du coût des matières premières naturelles et industrielles affectant les consommateurs finaux (mécanisme de l’inflation importée).

-la volatilité des parités de change (€/$, $/yuan , €/£) et du prix des matières premières avec un baril de pétrole par exemple remontant en moyenne (Brent vs WTI) autour des 65$ avec des répercussions sur les choix d’investissement ,

-la très forte appréciation des valorisations boursières de nombreuses sociétés américaines et européennes les rendant nettement plus sensibles aux corrections en cas de déceptions sur leurs résultats à venir ou anticipations.

Entre une forte progression de l’ensemble des classes d’actifs (actions, obligations, or, matières premières, immobilier, etc…), la volatilité historiquement faible (trop ?), et les risques géopolitiques (Hong-Kong, Taïwan, Moyen-Orient, etc..) ou politiques (Royaume-Uni avec l’UE, Ecosse, USA/Chine, etc…) les menaces sont bien réelles, alors prudence !

Partager sur