Logo - Société parisienne de gestion
Actualités

Les marchés en Septembre 2021

Publié le 30 sept. 2021

Septembre s’est révélé volatil entre les craintes d’une faillite du 2ème promoteur immobilier EVERGRANDE (260 milliards de $ de dettes !) et de son éventuel impact sur le système financier chinois ou les tensions sur les taux notamment aux USA, le CAC 40 débutant à 6 759 points pour clôturer à 6 520 points.

Les réunions de la FED et de la BCE étaient très attendues.

A l’issue de sa dernière réunion la Fed a intégré explicitement un « tapering » (c'est à dire une réduction des achats d’actifs jusqu’à 0) si le scénario économique attendu par l’institution continuait de se matérialiser. De plus, la Banque centrale américaine a surpris dans un sens plus favorable au resserrement monétaire (« hawkish ») tablant dorénavant sur une hausse des taux en 2022, trois en 2023 et 2024 et ceci dans un contexte d’inflation nettement révisée à la hausse pour cette année et plus modestement pour 2022/23.

La BCE quant à elle estime qu’une inflation plus élevée renforce aussi les arguments en faveur d’un arrêt à l’échéance prévue fin 03/22 du programme d’achats d’urgence (PEPP) de 1.850 milliards d’euros, pour mémoire.

Sur le « front » macro-économique on peut observer un ralentissement des indicateurs américains (confiance du consommateur, indices d’activité, etc..) et européens (indices d’activité, etc..) du fait de « goulots d’étranglement » et de problèmes persistants sur les chaînes d’approvisionnement mais aussi de retards dans le transport maritime.

Le résultat des élections législatives en Allemagne présage d’un véritable casse-tête pour former un gouvernement. Le SPD (socialistes) arrive en tête mais avec un écart très faible permettant à la CDU/CSU (conservateurs) elle aussi de tenter de former une coalition pour gouverner. En fin de compte, ce sont le FDP (libéraux) et/ou les Verts incontournables en vue d’une future coalition qui apparaissent comme les « faiseurs de rois » les tractations s’annonçant longues

D’autres sujets risquent d’animer aussi le mois d’Octobre : le résultat des tractations sur les plans de relance d’infrastructures (1 000MM$) et de dépenses sociales (3 500MM$) et le relèvement du plafond de la dette (éviter un « shutdown ») au Congrès américain, l’évolution de la situation au Royaume-Uni confronté à des pénuries et à une forte remontée de l’inflation mais aussi la qualité des publications pour le T3 des entreprises américaines dans un contexte de forte accélération du prix du baril de pétrole et d’une remontée des taux CT.

Partager sur