Logo - Société parisienne de gestion
Actualités

Les marchés en Septembre 2020

Publié le 30 sept. 2020

Septembre s’est révélé capricieux comme la météo, le CAC 40 débutant à 4 938 points avant de connaître « un passage à vide » et toucher un plus bas de 4 mois à 4 730 et se reprendre un peu à la faveur du retour d’investisseurs (achats de conviction et/ou opportunistes ?) pour clôturer à 4 803 points.

L’actualité a été notamment dominée par les incertitudes politiques tant au Royaume-Uni où Boris Johnson souhaite ajuster les règles pour l’Irlande du Nord et préparer son pays à une absence d’accord en fin d’année provoquant une vive tension avec Bruxelles qu’aux Etats-Unis où l’approche des élections s’accompagne d’une rhétorique de plus en plus agressive entre les deux candidats.

Si Joe Biden reste toujours favori de l’élection présidentielle face à Donald TRUMP, les deux partis (républicains vs démocrates) apparaissent en revanche au coude à coude dans les sondages pour le Congrès et un scénario de cohabitation demeure plus que probable.

Pour ne rien arranger Donald Trump a d’ailleurs déclaré s’attendre à ce que l’élection présidentielle s’achève devant la Cour Suprême rappelant le précédent « fâcheux » de l’élection présidentielle de 2000 entre G-W Bush et Al Gore.

Une telle incertitude aurait sans nul doute un impact négatif sur une économie américaine qui a encore besoin de soutien comme en témoigne les appels répétés de J. Powell gouverneur de la Réserve Fédérale pour exhorter les membres du Congrès à s’entendre sur de nouvelles mesures d’accompagnement (pour l’instant il n’existe toujours pas de compromis mais les démocrates s’apprêteraient à dévoiler un nouveau plan de 2200 MM$ !).

Sur le « front » macro-économique on peut observer dans des économies convalescentes, un « tassement » des indicateurs américains (confiance du consommateur, baisse du taux de chômage, etc..) et européens (indices d’activité, confiance des ménages, etc..) alors que l’activité et le commerce extérieur en Chine continuent de rebondir.

Sans nul doute Octobre sera influencé par l’évolution inquiétante du COVID 19 dans de nombreux pays occidentaux, les ultimes développements de la campagne présidentielle américaine ou les discussions entre l’UE et le Royaume-Uni mais aussi par la qualité des publications pour le T3 des entreprises américaines sans oublier le comportement du baril de pétrole ou des parités de change, indicateurs source de volatilité.

Partager sur