Logo - Société parisienne de gestion
Actualités

Synthèse du mois de mars 2020

Publié le 31 mars 2020

Mensis horribilis !

Dans la foulée du mois précédent le CAC 40 a amplifié ses pertes entamant le mois à 5 334 points avant de connaître un krach et s’effondrer (le 12/03 l’indice parisien a ainsi vu sa plus forte baisse depuis sa création en 1987 soit, -12,28% !) les investisseurs se montrant tétanisés par l’extension très rapide du coronavirus (Covid 19) dans les pays occidentaux et les conséquences économiques des mesures de confinement prises en Italie, en France mais aussi dans certains états fédéraux des USA, alors qu’en Chine et en Corée du Sud l’épidémie semble ralentir sensiblement !

Face à un tel niveau de stress (l’indice de la peur VIX retrouvant les niveaux atteints en 2008 !) les marchés financiers confrontés à des tensions financières accrues attendaient beaucoup des grandes banques centrales. Elles ont été au rendez-vous !

Si la Bank Of England (BOE) a abaissé deux fois ses taux CT, la BCE elle n’a pas touché à ses taux directeurs contrairement aux attentes des investisseurs mais a décidé d’ajouter massivement des liquidités à très faible coût (TLTRO) et de lancer un programme de rachats d’actifs à hauteur de 750 M€. A côté de ces mesures de politiques monétaires destinées à limiter les pertes d’accès au financement pour les entreprises et des agents économiques, les Etats européens ont lancé des plans de relance budgétaire massifs (aides aux entreprises, etc…) couplé à des garanties sur les crédits bancaires.

Après avoir procédé à plusieurs baisses de taux CT, la Réserve Fédérale américaine a quant à elle annoncé des mesures d’injection de liquidités dans son système financier jusqu’à 1 500 MM$ et la transformation de ses achats mensuels (pour mémoire 60 MM$) enQuantitative EasingILLIMITE alors qu’en parallèle le Congrès a voté un plan de relance budgétaire de 2 000 MM$ (aides aux entreprises & particuliers, hôpitaux, collectivités locales, allocations chômage, etc…) !

Ces différentes interventions massives ont permis aux marchés actions de rebondirfortementen fin de moispour s’établir à 4 396 points sur les niveaux d’Octobre 2016, les investisseurs semblant retrouver un peu de leur calme, mais cette crise semble loin d’être terminée tant ses « thérapies de choc » vont laisser des traces sur les économies dans les mois voire les années à venir !

Du côté de la campagne pour la désignation du candidat démocrate qui affrontera le Président américain Donald TRUMP en Novembre prochain, il semble que Joe BIDEN, ancien vice-président de Barack OBAMA « tienne la corde » éloignant l’hypothèse d’un candidat se définissant comme socialiste, Bernie SANDERS dont le programme politique faisait figure d’épouvantail pour les marchés financiers.

Des avancées dans la lutte contre le Covid 19 (médicaments actuellement testés pouvant ralentir les effets du virus), de l’efficacité des coordinations/plans sanitaire, économique et financière mis en place par les autorités des grandes économies, du redémarrage plus ou moins rapide de la Chine mais aussi de l’impact sur les premiers résultats et surtout les anticipations des entreprises américaines dépendront la résilience des marchés actions au printemps.

Partager sur