Logo - Société parisienne de gestion
Actualités

Les marchés en Juin 2021

Publié le 30 juin 2021

Dans la foulée des mois précédents le CAC 40 a continué de progresser légèrement dans des volumes plus faibles toutefois débutant à 6 489 points pour finir à 6 508 proche de son plus haut annuel (6 667 points en clôture !) et de 20 ans, en progression semestrielle de plus de 17%.

Après un premier trimestre marqué par un retour des investisseurs notamment en Europe sur les secteurs délaissés et/ou sous-valorisés de l’année 2020 (bancaires, industrielles, foncières, pétrolières, parapétrolières, etc..), la deuxième partie semestre a plutôt vu les valeurs de croissance (technologie, luxe, services informatiques) de nouveau remises à l’honneur.

Les réunions de la FED et de la BCE étaient très attendues.

Bien qu’elle n’ait pas modifié sa politique monétaire, la Réserve fédérale américaine a envoyé un signal clair entraînant une légère appréciation de ses taux d’intérêt mais plus forte en ce qui concerne le dollar. S’il est encore trop tôt pour elle de parler d’un « tapering » (abandon du programme de rachats d’actifs mensuels), la FED constate que la situation économique des USA continue d’évoluer favorablement. La Banque centrale souhaite néanmoins se donner encore du temps pour valider cette nouvelle approche. En outre, deux hausses de taux d’intérêt à CT sont attendues dès 2023 et non plus en 2024.

Du côté de la BCE et dans la mesure où la zone Euro reste en retard dans son rebond économique, celle-ci s’est contentée d’afficher une neutralité « bienveillante » insistant sur le fait qu’elle se tenait prête à intervenir en cas de besoin. Il est à noter que certaines voix en son sein (Allemagne, pays nordiques) commencent déjà à réclamer une réduction progressive de ses achats de titres mensuels, alors prudence !

Sur le « front » macro-économique, les données (indices d’activité des services, confiance des dirigeants, taux de chômage etc..) sont toujours favorables aux USA, en constante amélioration en Europe et en léger recul en Chine.

Après 6 mois de hausse quasi-ininterrompue des marchés actions il conviendra de surveiller dans les semaines à venir : le rebond éventuel de la pandémie dans certains pays européens, les prix des matières premières et notamment du baril de pétrole au plus haut depuis 09/2018, les tensions inflationnistes apparues çà et là ainsi que les publications/communiqués des sociétés américaines début Juillet puis européennes pour le T2/21, dans un contexte d’appréciation forte des valorisations boursières où la moindre déception risque d’être sanctionnée lourdement !

Partager sur